D’éminents scientifiques canadiens sont en accord pour conclure que les cerveaux des enfants peuvent être endommagés par l’eau fluorée du robinet. Un nouveau regroupement émerge pour mettre fin à la fluoration à la grandeur du pays.

 

 

1er septembre, 2021, Ottawa. Aujourd’hui, une coalition de plus de 140 citoyens à travers le Canada fait l’annonce de la formation d’un nouveau regroupement national. L’objectif du regroupement est de mettre fin à la fluoration de l’eau dans chacune des provinces et dans chacun des territoires de ce pays.

 

Ce groupe appelé “Canada sans fluorure” a été poussé à agir par deux choses :

 

  1. la science nouvelle et alarmante qui montre que le fluorure a le potentiel d’endommager le cerveau en croissance à des doses communément vécues dans des communautés canadiennes artificiellement fluorées.
     

  2. les tentatives de réinstaller la fluoration à Calgary, en Alberta qui avait mis fin à la fluoration en 2011 et à Windsor, Ontario qui avait cessé en 2014.

 

Les chercheurs éminents américains et canadiens Bruce Lanphear et Christine Till se sont joints au Dr. Linda Birnbaum, ancienne directrice du National Institute of Environmental Health Studies, pour demander que des mises en garde d’éviter l’eau fluorée soient communiquées aux femmes enceintes (Environmental Health News, Oct 7 2020).  Mais cela n’a pas était fait au Canada.

 

Selon Gilles Parent, ND.A. qui a mené 45 années d’efforts pour éliminer la fluoration du Québec: “C’est incroyable qu’avec la science de la plus haute qualité qui en montre les dangers pour les cerveaux de nos enfants que quelqu’un puisse encore envisager de relancer cette pratique. On peut réparer une dent cariée mais on ne peut pas réparer un cerveau endommagé.”

 

Robert Dickson, un médecin qui a aidé à mettre fin à la fluoration à Calgary, a rejeté l’allégation que l’augmentation de carie dentaire à Calgary était due à la cessation de la fluoration. Dickson affirme que “la plupart des scientifiques s’entendent que le bénéfice prédominent du fluorure est topique. Il n’y a aucune utilité à l’avaler et il n’y a aucune nécessité de l’imposer aux gens sans leur consentement éclairé. Nous voulons garder notre eau sécuritaire et non contaminée par des déchets dangereux de l’industrie des engrais phosphatés. Les dentistes devraient pratiquer leur art dans leurs bureaux, non pas dans notre eau de consommation.”

 

Dr. Paul Connett, un professeur retraité de chimie qui agit en tant que conseiller scientifique de ce nouvel organisme, affirme qu’ “il y a maintenant plus de 69 études provenant de Chine qui indiquent que le fluorure réduit le QI chez les enfants. Mais le communauté scientifique dans l’hémisphère ouest a seulement commencé à prendre au sérieux cette question en 2017, lorsqu’une étude financée le gouvernement des États-Unis a été publiée (Bashash, 2017). C’était une étude très bien conçue qui a découvert une forte association entre la quantité de fluorure dans l’urine des femmes enceinte (une mesure de leur exposition totale au fluorure) et un QI abaissé chez leur progéniture. Cette découverte a été répliquée en 2019 par des chercheurs canadiens (Green et al. 2019) dans un article d’importance publié dans la revue JAMA Pediatrics (lien au baladodiffusion). Une autre étude canadienne (Till, 2020) a trouvé un QI abaissé chez les enfants qui étaient au biberon dans les communautés florées versus les non-fluorées.”

 

Richard Hudon, qui est à la tête du groupe Fluoridation-Free Ottawa, explique que “l’objectif primordial de notre campagne est d’inviter les gens à signer la lettre au Premier Ministre Trudeau. Nous sommes au courant qu’il n’a pas la juridiction sur la fluoration de l’eau mais il a la responsabilité du bien-être de tous les Canadiens, en particulier de nos enfants. Nous l’exhortons ainsi que tous les Premiers ministres à voir à ce que les autorités de la santé émettent un avertissement aux femmes enceintes et aux parents d’enfants nourris à la bouteille d’éviter l’eau fluorée.”

 

Hudon a ajouté que “ce qui me fatigue c’est que les autorités canadiennes de la santé nous répétaient encore et encore que la fluoration était «sécuritaire et efficace», n’informent pas les citoyens au sujet de ces dangers. Elles semblent plus intéressées à protéger une politique que de protéger notre santé. C’est la raison pourquoi nous avons besoin que Trudeau intervienne maintenant—même durant une élection. Les cerveaux de nos enfants ne peuvent attendre une journée de plus.

 

Jennifer Marrett, la secrétaire provisoire du nouveau groupe, affirme, “Il y a plus que 3,000 communautés à travers le Canada et la vaste majorité n’ont jamais fluoré leur eau potable. Depuis 1990, 131 communautés et 3 bases militaires sont connues pour avoir soit discontinué ou rejeté un projet d’instauration de la fluoration de l’eau. On estime que 108 communautés à travers le Canada présentement fluorent artificiellement leur eau potable incluant un bon nombre de grandes villes urbaines du sud de l’Ontario.  Maintenant, en tenant-compte de la nouvelle science préoccupante sur les dangers du fluorure sur le cerveau en développement, je prévois que davantage de communautés vont choisir de discontinuer la mesure de fluoration de l’eau.”

 

On peut obtenir plus d’informations sur ce nouveau groupe Canada sans fluorure : www.canadasansfluorure.ca

Nous rejoindre: info@canadasansfluorure.ca